Sélectionner une page

Le burn out amoureux précède le burn out maternel

Je vous en ai parlé lors du live facebook du 29 août 2017. Il arrive très fréquemment qu’avant de vivre un burn out maternel (ou paternel) le couple vive un burn out amoureux. Encore un autre type de burn out ? Et oui. Celui ci a été décrit dans un livre de François Saint Père « Le burn out amoureux ».

La vie de couple démarre fréquemment sur un mode euphorique. Au fur et à mesure des mois, les habitudes s’installent. La routine prend le pas sur la passion et la relation s’essouffle.

Puis les premières insatisfactions, les premières frustrations commencent à voir le jour. Les échanges deviennent distants, parfois tendus, il n’y a plus de communication profonde et intime d’un point de vue relationnel.

La vie amoureuse est une véritable aventure et j’aime beaucoup la façon dont Jean-François Vézina la présente dans son livre « L’aventure amoureuse ». « La vallée du quotidien » ou « le désert de l’ennui » sont effectivement des espaces propices à sombrer. Il est parfois difficile de rejoindre « L’aire de Respect » et « Les plaines de confiance » lieux plus propices à un épanouissement du couple amoureux.

Ne l’oublions pas, un couple de parent a au préalable été un couple d’amoureux. Et lorsque les enfants arrivent, ceux ci peuvent fragiliser un peu plus l’édifice instable d’un couple qui s’effrite.

 

Comment faire ?

La première chose est de prendre conscience de la situation. Puis, prendre du recul par rapport à ce qui se passe dans le couple. Éventuellement, demander à une personne extérieure de poser un regard exempt d’émotions sur la réalité des faits. Faire appel à une tierce personne permet de voir les choses autrement et souvent de mettre à jour ce qui est totalement brouillé par le flot émotionnel caractéristique des périodes de crise.

Il n’y a pas de jugement à porter, il y a juste à constater que telles actions mènent à tel résultat. Si on souhaite un résultat différent, il faudra poser des actions différentes.

 

Une relation à faire évoluer.

Autant sur « L’ile des gauchers » d’Alexandre Jardin, les habitants apprennent dès le plus jeune âge à vivre et faire évoluer une relation amoureuse, autant sur notre territoire, cet apprentissage est quasiment inexistant.

Il s’agit donc d’acquérir de véritables connaissances et compétences qui seront à développer tout au long de sa vie.

Des connaissances sur le fonctionnement relationnel, en priorité sur son propre fonctionnement pour ensuite mieux comprendre l’autre. Des compétences à aimer, à dire « je t’aime » de différentes manières qui sont loin d’être toutes verbales. Et surtout apprendre à s’aimer soi même pour être pleinement en capacité de vivre une relation hors de « l’île de la dépendance ».

Vous l’aurez compris, le burn out amoureux lui aussi ouvre un champ de découverte de soi même tout comme le permet le burn out maternel. Une fois ces passages difficiles traversés, on ressort grandi, plus ancré, plus stable et apte à continuer de relever les challenges que la vie nous offre.